Vous êtes contre le CPE, mais vous proposez quoi ?

Des solutions existent pour financer un véritable avenir à la jeunesse.
dimanche 19 mars 2006

La France est l’un des sept pays les plus riches du monde. Même si la croissance économique est faible, notre société s’enrichit chaque jour davantage : elle n’a jamais été aussi riche. Les entreprises du CAC 40 ont enregistré des bénéfices records en 2005 : 86 milliards d’euros contre 57 milliards en 2004, un chiffre déjà en hausse de plus de 60 % par rapport à 2003 (source : Le Monde du 15 mars 06).

En France, la Dépense Intérieure d’Education en 2004 s’élevait à un total de 116 milliards d’euros (source : ministère de l’éducation nationale). Ce qui signifie que la société investit, au total, chaque année, 6810 euros par élève ou étudiant-e. L’Etat finance 63,4% de cette somme. Ce qui représente 73,54 milliards d’euros.

En 2005, les 40 entreprises du CAC 40 ont dégagé un bénéfice cumulé de 86 milliards d’euros.

Si les bénéfices de ces 40 entreprises étaient investis par l’Etat dans l’éducation nationale, ça doublerait directement la contribution de l’Etat à la dépense intérieure d’éducation. Sans léser personne, sauf quelques actionnaires déjà beaucoup trop riches.

Interrogeons-nous également sur confortable budget du ministère de la défense, ou sur les frais de fonctionnement de l’Elysée qui ont littéralement explosé depuis l’arrivée de Chirac, selon une enquête du Canard Enchaîné. La répartition de la richesse nationale n’est qu’une question de choix politiques.

Et le gouvernement continue à nous faire croire qu’il faut faire des économies, que la dette de l’Etat est un problème insurmontable, qu’il faut exonérer les employeurs de charges sociales (CPE, CNE...), qu’il faut privatiser le service public (EDF, GDF, La Poste, mais aussi l’éducation), que les malades doivent payer le trou de la sécu, qu’il faut rester à 30 élèves par classe en maternelle, que les ZEP coûtent trop cher, qu’il faut accepter des emplois précaires et mal rétribués, que les minimas sociaux sont trop élevés, etc.

C’est bien d’une répartition équitable du travail et des richesses dont notre pays a grand besoin, et non pas du CPE/CNE.

Il est d’ores et déjà possible de financer un Revenu Minimum d’Existence à tout le monde. Par un vrai partage du temps de travail, sans flexibilité, il est possible de fournir un emploi stable à chacun-e. C’est une question de rapport de force ; c’est l’un des enjeux majeurs des luttes actuelles, au-delà du CPE/CNE.


Agenda

<<

2020

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123

Brèves

16 mai 2011 - AG contre la précarité — jeudi 19 mai à l’ENS

Pour information, une assemblée générale sur la précarité et les pressions au travail aura lieu à (...)

19 avril 2011 - Expulsion des grévistes de l’ENS d’Ulm ce matin

Les militant-e-s SUD Éducation de l’ENS de Lyon apportent tout leur
soutien aux précaires et aux (...)

24 mars 2009 - Mais que font les syndicats ???

Tu trouves que les centrales syndicales ne jouent pas le rôle qu’elles devraient avoir dans les (...)

5 janvier 2009 - Appel à la résistance dans le premier degré

Article sur le site de la fédération à consulter
clic

9 février 2008 - Commission pédagogie à Sud rhône

Lundi 12/02 à 18H30 au local de Sud Educ Rhône/Solidaires 10, rue du Gazomètre, 69003 Lyon Ordre (...)