Chômage, des secrets bien gardés

samedi 8 avril 2006

Fabienne BRUTUS est conseillère à l’emploi. Malgré les consignes de
"discrétion professionnelle" exigées par le ministère (1) dont elle
dépend et que tout agent ANPE doit observer (2), elle estime
personnellement que "Se taire, c’est collaborer". En disant tout haut
ce que tout le monde sait tout bas, elle opte pour une désobéissance
particulièrement salutaire.

Face au chômage de masse, à son sentiment d’impuissance et à la
dénaturation de sa mission première, elle s’est insurgée en réalisant
cette autopsie que tout chômeur doit découvrir afin de comprendre ce
dont il est l’objet. Même chose pour l’ensemble de ses collègues de
"l’Agence", afin de se (re)situer dans l’exercice de leur métier.

Ce qui, bien évidemment, signifie que son livre est D’UTILITÉ
PUBLIQUE !

Fabienne BRUTUS - 2006 - JC GAWSEWITCH
http://www.actuchomage.org/

Car la confusion est totale. Le chômeur se sent coupable ou "assisté"
parce que tout est fait pour qu’il en soit ainsi. L’agent ANPE est
devenu un robot (ou un tortionnaire qui s’ignore...) parce que tout est
fait pour qu’il en soit ainsi. Dans le meilleur des mondes, en fait :
le pire. La "machine ANPE" pratique le "déconseil" et le trucage pour
obéir à des politiques d’urgence ultra-médiatisées ; pour le reste,
son inutilité est programmée ! Le chômage se privatise et devient un
business comme un autre, dans un processus de déshumanisation
accélérée.

La démarche de Fabienne Brutus - et son résultat - sont donc
REMARQUABLES, je pèse mes mots : d’un courage et d’une lucidité
exemplaires, le contenu de son ouvrage est un vrai travail de fond au
service de la vérité. D’ailleurs, c’est le sous-titre du bandeau
rouge en couverture ("La vérité sur l’ANPE" et "Souriez, vous êtes
radiés !" au verso) ; je peux vous garantir que ce n’est pas du
racolage. Le ton est sincère, engagé, parfois drôle. La démonstration
est riche et implacable. C’est un vrai soulagement pour tout le
monde !

Tout d’abord, elle lève l’omerta sur la fameuse baisse du chômage.
Beaucoup de gens ignorent que les chômeurs sont répartis en 8
catégories, et que seule la première compte pour les statistiques
officielles alors que les demandeurs d’emploi de catégorie 1 ne
représentent que 59% des inscrits à l’ANPE. Ayant accès à certains
chiffres, elle démontre que notre taux de chômage réel avoisine les
15% et que, "halo" et autres exclus compris (45% des chômeurs ne sont
pas indemnisés...), nous serions même à 19%... Edifiant !

La baisse du chômage est une foutaise, et elle le prouve : sur un
tableau (page 23) de juillet à novembre 2005, le total général toutes
catégories confondues a augmenté. Mais on a tout fait pour alléger la
première en "glissant" des demandeurs d’emploi sur les autres
(notamment les 4 et 5), puis radié en passant (réunions d’information
obligatoires, convocation de chômeurs qui travaillent à temps partiel
durant leurs heures d’activité, stages de remobilisation imposés...)
dans un contexte d’intimidation permanente.

Elle dévoile le bidonnage des annonces. Et déplore l’absence de
chiffres en ce qui concerne les destructions d’emplois. Car c’est
bien la matière première de l’ANPE qui est en grave pénurie : "Les
petites entreprises ne peuvent embaucher sans risque pour leur
avenir, leur hésitation est légitime. Les grosses sociétés ont
intérêt à précariser leur personnel pour assurer des bénéfices
toujours plus croustillants à leurs actionnaires", estime Fabienne
Brutus.

L’hécatombe se poursuit du côté des formations : pour les chômeurs,
la reconversion professionnelle est désormais quasi impossible. Comme
d’habitude, ceux qui ont le plus besoin d’aide sont ceux qui ont le
moins de droits, et tout consiste à niveler par le bas.

Et à la pause déjeuner, que dire à son pizzaïolo habituel découvrant
un jour que cette charmante cliente bosse... à l’ANPE ? En réponse aux
railleries : "Personne n’est parfait. Tu sais, c’est comme si toi tu
te tenais là, sous ton enseigne Pizzas-Kebab-Frites, que quelqu’un
vient et te commande une pizza. Tu lui réponds : Ah non, on n’en fait
pas. Il opte pour un kebab, tu lui dis que tu n’en as pas non plus.
"Alors des frites ?"

Là, tu soupires : Franchement, vous êtes le vingtième depuis ce
matin, je vous assure qu’on n’a rien de tout ça. Ajoute à ça qu’il
n’y a pas d’autres marchands de pizzas et qu’il est obligé de venir
chez toi. Imagine aussi qu’il a fait la queue pendant deux heures. Tu
vois l’ambiance ? Nous, c’est comme ça tous les jours..."

Qu’est-ce qu’un agent ANPE ? Quel est son profil, combien gagne-t-il
(pas lourd, et 30% de moins qu’un salarié de l’Assedic), quels sont
ses "privilèges" ?

Saviez-vous qu’il y a 15% de précaires à l’ANPE ?

Comment se passe une journée en agence ("base avant" : au public /
"base arrière" : aux employeurs et aux tâches administratives) ?

Tout en finesse et sans chichis, Fabienne Brutus nous montre l’envers
du décor.

Si beaucoup de chômeurs se trompent de colère en venant se défouler à
l’ANPE, l’ambiance en agence et l’attitude incohérente de certains
collègues n’est pas épargnée : il s’agit de décrire comment on y
travaille.

Les travers, voire la véhémence de certains - alors qu’ils ont aussi
vécu le chômage - reflètent le déni de réalité qui nous tiraille
tous : quand l’injustice est au menu quotidien dans un silence
imposé, pour moins souffrir, les épouvantails du justicier de service
ou de l’indifférence sont de mise.

Les abréviations, sigles, néologismes et autres métaphores font aussi
partie de l’attirail sémantique qui consolide l’appartenance à la
grande famille du SPE (service public de l’emploi) tout en
amoindrissant la réalité pour la rendre plus vivable.

Comme partout ailleurs, la réunionite est fréquente et les absurdités
- dont le "Contrôle Qualité" qui fait perdre un temps fou et incite à
arranger les chiffres - ne manquent pas.

Tout, absolument TOUT est abordé. Ce livre répond à toutes vos
questions : des ateliers les plus bidons au taux de syndiqués, en
passant par le traitement des candidatures, le coût de la nouvelle
identité visuelle ou du programme Geode, la fracture numérique, le
profilage, les "offres valables" d’emploi et la mobilité, les
contrats aidés, les patrons "bouffeurs de primes", TOUT !!! C’est un
peu la bible du chômeur avisé !

Depuis le Plan de cohésion sociale, sous la pulsion gouvernementale,
le droit à l’emploi est remplacé par un devoir d’emploi. Mais
"l’emploi est aussi rare que le travail est abondant", dit Fabienne
Brutus, ironisant sur la fin du pseudo-monopole de l’ANPE "tant il
reste de chômeurs dont le privé n’a que faire"... Et pendant ce temps-
là, "certains chômeurs prennent maintenant la retraite qu’ils ne
pourront jamais avoir", constate-t-elle. Le grand malade, c’est bien
le marché du travail : certainement pas l’ANPE ou ses "DE".

Sophie HANCART

(1) Le Ministère de l’Emploi et de la Solidarité...
(2) Lire la "circulaire DAGEMO" et le "Guide de la communication avec
les médias" reproduits en annexe de son livre : c’est pas triste !!!
"Que le devoir de réserve protège les individus, chômeurs, employeurs
et conseillers, tombe sous le sens. En revanche, que les
manipulations soient tues au nom de la neutralité, et c’est la
démocratie toute entière qui est mise en péril", dit-elle en page 11.


Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123

Brèves

16 mai 2011 - AG contre la précarité — jeudi 19 mai à l’ENS

Pour information, une assemblée générale sur la précarité et les pressions au travail aura lieu à (...)

19 avril 2011 - Expulsion des grévistes de l’ENS d’Ulm ce matin

Les militant-e-s SUD Éducation de l’ENS de Lyon apportent tout leur
soutien aux précaires et aux (...)

24 mars 2009 - Mais que font les syndicats ???

Tu trouves que les centrales syndicales ne jouent pas le rôle qu’elles devraient avoir dans les (...)

5 janvier 2009 - Appel à la résistance dans le premier degré

Article sur le site de la fédération à consulter
clic

9 février 2008 - Commission pédagogie à Sud rhône

Lundi 12/02 à 18H30 au local de Sud Educ Rhône/Solidaires 10, rue du Gazomètre, 69003 Lyon Ordre (...)