Nos revendications pour l’enseignement professionnel

Extraits de notre profession de foi
jeudi 6 octobre 2005

La formation professionnelle est un enjeu primordial du système éducatif : luttons pour qu’elle puisse être ouverte, égalitaire et émancipatrice.

Empêchons que l’enseignement professionnel ne soit remplacé par « la formation tout au long de la vie », formule démagogique qui vise à réduire la formation initiale à la portion congrue, détruit l’accès de tous à une formation égalitaire assurée par un système éducatif public et gratuit.

Refusons les Contrôles Continus en cours de formation (CCF) qui fragilisent la formation initiale et substituent des diplômes « maisons » aux diplômes nationaux.

Continuons à dénoncer le Lycée des métiers qui casse la spécificité et la vocation des LP pour les transformer en prestataires de services soumis aux aléas des bassins d’emplois, inféodés aux entreprises à qui ils doivent fournir de la main d’œuvre rentable et corvéable à merci, en concurrence entre eux et avec les officines privées.
Rejetons l’école du tri social, où la filière professionnelle est la plupart du temps une orientation par l’échec, renforcée par la loi Fillon et ses orientations de plus en plus précoces, sa logique de ghettoïsation, source d’insécurité sociale et de violence.

Pour cela il faut des revendications claires :

Création massive de postes statutaires, titularisation de tous les précaires (sans concours ni condition, assortie d’un droit à la formation), création de postes de titulaires remplaçants, rétablissement du statut de MI/SE.

Pas de classe à plus de 20 élèves. Dédoublement des classes en enseignement général.

Des moyens suffisants pour les projets pédagogiques.

Intégration de la concertation, du travail administratif et du suivi des élèves dans les services.

Pour l’ensemble du personnel : réduction du temps de travail sans perte de salaire ni annualisation, augmentation du point d’indice de 10 %, aucun salaire inférieur à 1500 euros, avec plafonnement des revenus les plus élevés. Une formation initiale de qualité, puis un véritable droit à une formation continue. Pour les mutations : retour au mouvement national.

Abrogation de la décentralisation Raffarin et des lois Fillon sur les retraites et l’éducation.

Réformons l’école en profondeur. Inventons l’école de la réussite pour chaque élève, grâce à une pédagogie d’émancipation et de coopération. Pour cela, supprimons les inspections, et responsabilisons le personnel et les élèves, au lieu de toujours fliquer et infantiliser. Défendons la laïcité : ni religions, ni sectes, ni entreprises dans l’école. L’Etat doit cesser de financer l’école privée confessionnelle. L’éducation n’est pas une dépense : c’est un investissement qui doit constituer la priorité absolue d’une société démocratique. La France n’a jamais été aussi riche : on peut financer les services publics, la protection sociale, la recherche publique, la culture, par un meilleur partage des richesses à tous les niveaux.

PDF - 84.5 ko
profession de foi PLP

Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301