Les enseignant.e.s du lycée Robert Doisneau seront en grève mardi 18 décembre 

Non à la ségrégation scolaire ! Un même enseignement et un même bac pour tous !
lundi 17 décembre 2018

Communiqué des enseignant.e.s du lycée Robert Doisneau réunis en Assemblée générale lundi 17/12

Depuis le vendredi 30 novembre, un mouvement lycéen impacte le fonctionnement de notre lycée. Les élèves organisent des blocus tôt le matin pour protester contre la réforme des lycées et du baccalauréat, ainsi que contre les modalités de sélection dans l’enseignement supérieur (plateforme Parcoursup). Très inquiets des conséquences de ces réformes dans notre établissement, les enseignants réunis en assemblée générale aujourd’hui, lundi 17/12, ont décidé de se mettre en grève le mardi 18 décembre. Ils organiseront une réunion d’information à destination des parents d’élèves le même jour, à 18h.

REFORME DU LYCEE : Le fonctionnement en « réseau » et l’appauvrissement de l’offre éducative à R. Doisneau…

La réforme du lycée supprime les séries générales (S, ES, L) qui permettaient aux élèves de recevoir des enseignements cohérents, et de s’orienter en connaissance de cause dans l’enseignement supérieur. Elle remplace ces séries par des enseignements en tronc commun, et par un certain nombre des spécialités (10 spécialités « communes », 10 spécialités rares).

Ce vendredi 14 décembre, les lycées de l’Académie ont reçu le projet du Rectorat fixant l’offre de spécialités que chaque établissement proposera en classe de première à la rentrée 2019 (spécialités et enseignements optionnels). Alors que la réforme prétendait favoriser la mixité sociale et diversifier l’offre d’enseignements, nous constatons, au contraire, une réduction de l’offre éducative dans notre établissement, qui contribue à sa ghettoïsation :

1. les sciences de l’ingénieur (SI) seront supprimées et la nouvelle matière NSI (« numérique et sciences de l’informatique ») ne nous sera pas attribuée, contrairement aux promesses initiales du Rectorat.

2. Dès le mois de janvier 2019, les élèves actuellement en Seconde devront donc faire le choix de 3 spécialités, dont plusieurs ne seront pas enseignées au lycée R. Doisneau, mais dans des établissements « voisins » (F. Faÿs, E. Herriot) :

- Parmi les enseignements de spécialités :

. « Humanités, littérature, philosophie » ; « langue et civilisation (anglais) »  enseignées sur le site du lycée Faÿs (Villeurbanne)
. « Littérature, langue et civilisation de l’antiquité » (latin/grec)  enseignée sur le site du lycée Herriot (Lyon 6ème)
= R. Doisneau ne conserve que : Histoire-géographie, sciences politiques ; Mathématiques ; Physique-Chimie ; SVT, SES ; Arts du cirque, soit 7 sur 20 possibles ;

- Parmi les options, la répartition se fera ainsi :

-Théâtre, EPS facultatif, LV3 italien  lycée Doisneau
-Latin ou Grec  site du lycée Herriot.

Le fait de « proposer » des enseignements sur les lycées F. Faÿs et E. Herriot nous semble totalement inadapté. Cela rend quasiment impossible la construction d’emplois du temps corrects, et cela imposera des contraintes très lourdes pour les élèves (temps de déplacement conséquents, plusieurs fois par semaine, ou cours à distance par « MOOC »). Les élèves du lycée R. Doisneau sont donc clairement défavorisés par la mise en place de cette carte et par ce fonctionnement « en réseau ».

A l’image de la réforme, qui a été mise en place en urgence, dans la précipitation, la carte DÉFINITIVE des enseignements (spécialités, options) doit être ARRÊTÉE PAR LA RECTRICE dès le 16 JANVIER, alors même qu’aucune discussion sérieuse n’a pu être menée dans l’établissement. Les élèves actuellement en Seconde devront donc faire, dès janvier 2019, des choix importants, décisifs pour leur poursuite d’études, dans le cadre contraint fixé par le Rectorat et sans que les enjeux de ces choix ne leur aient été clairement expliqués (contenus des spécialités, modalités d’évaluation…).

PARCOURSUP : sélection opaque et creusement des inégalités.

Parcoursup a introduit la sélection à l’Université. Plutôt que de créer les places nécessaires pour permettre à chaque bachelier d’obtenir la filière de son choix, le gouvernement a introduit un système de sélection qui se fait au détriment des élèves scolarisés dans des lycées comme R. Doisneau. De plus, l’accès à de nombreuses filières dépendra des choix de spécialités effectués par les élèves dès la fin de la classe de Seconde. De « mauvais » choix de spécialités pourraient ainsi barrer l’accès des élèves à plusieurs filières du Supérieur, y compris à l’Université.

BAISSE DES MOYENS ATTRIBUES AUX LYCEES PUBLICS

Suppression de postes (2 600 à la rentrée prochaine) malgré la hausse des effectifs lycéens (40 000 élèves de plus dans le secondaire en 2019/2020) ; généralisation des cours à 35 élèves en première et en terminale ; suppression de la plupart des cours en demi-groupe et du soutien disciplinaire. Dans le même temps, les établissements privés recevront des dotations en hausse : plus d’enseignants et de subventions. Par ailleurs, l’éducation prioritaire a été supprimée dans les lycées et Robert Doisneau n’a plus aucun statut particulier par rapport aux lycées du centre-ville de Lyon. Nous bénéficions seulement)de quelques heures en plus, mais cela est très insuffisant pour garantir des conditions d’apprentissage satisfaisantes.

REFORME DU BACCALAUREAT : fin du diplôme national

La réforme du baccalauréat augmente fortement la part de contrôle continu. Le diplôme sera évalué en fonction du lycée d’origine et non plus comme un diplôme national, ce qui créera des discriminations dans l’accès à l’enseignement supérieur pour les élèves de R. Doisneau.

PROGRAMMES INADAPTES AUX ELEVES

Les programmes pour la future classe de première qui viennent d’être communiqués sont encore plus chargés et difficiles à mettre en œuvre, tout en réduisant le nombre d’heures de cours et en dégradant les conditions d’enseignement.

Toutes ces réformes ont un point commun : elles vont pénaliser les élèves de notre lycée et creuser les inégalités.

C’est pourquoi, nous sommes plusieurs enseignants aux côtés des lycéens pour porter ces revendications. C’est pourquoi nous étions en grève le 12 novembre, les 7, 13 et 14 décembre, et que nous avons manifesté à leurs côtés à Lyon.


Agenda

<<

2019

 

<<

Janvier

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123

Brèves

17 janvier - Elèves Sans Toit : Reportage à l’école Henri Wallon de Vaulx en Velin

Vidéo sur facebook pas besoin de compte pour lire la vidéo
https://www.facebook.com/183081005507412/p

10 janvier - Vaulx-en-Velin : Ecole Wallon occupée ce jeudi 10/01

Sur Vaulx-en-Velin, aujourd’hui, 21 familles soit 42 enfants sont à la rue. Cette situation (...)

25 novembre 2017 - 26/12/2017 : vente Solidaire par le Collectif des Parents Indignés de l’école Antoine Charial

Nous, citoyens réunis dans le Collectif des Parents Indignés de l’école Antoine Charial, organisons (...)

9 février 2016 - Non à la fermeture de l’école de Saint Cyr le Chatoux

Au lendemain de sa visite dans l’école, de l’Inspecteur d’Académie du Rhône qui est était pourtant (...)

15 janvier 2016 - Communiqué de presse des personnels du lycée des métiers Marie Curie 14 janvier 2016

Communiqué de presse
Les personnels du lycée des métiers Marie Curie de Villeurbanne ont décidé à (...)