création d’une coordination nationale des précaires de l’Education (CNPE)

Communiqué de la Coordination Nationale des Précaires de l’Education
samedi 6 mai 2006

Nous, membres de différents collectifs des non titulaires qui organisent les catégories de personnels précaires de l’Education nationale, nous sommes réunis à Bordeaux début avril.

Nous avons constaté

- la mobilisation sans précédent des étudiants, lycéens, salariés, et précaires contre la précarité. Ce mouvement ne s’est pas limité au seul CPE mais a abordé d’autres questions : CNE, loi dite « pour l’égalité des chances », projet de lois sur l’immigration, nombres de postes aux concours de la fonction publique... La mobilisation des non titulaires de l’éducation nationale s’inscrit dans ce mouvement. La situation des précaires de l’éducation
nationale, c’est le Contrat Précaire Eternel : périodes d’essai à rallonge, pas de préavis, pas de motif ni d’indemnité de licenciement et ce pendant des années.

- le mépris total dans lequel nous tiennent les rectorats et le ministère, leur absence de réponse aux revendications de dizaines de milliers de personnels compétents et expérimentés mis au chômage ; nous avons été recrutés avec des qualifications équivalentes à celles des
titulaires et notre période d’essai a été reconduite pendant plusieurs années.

- la nécessité de maintenir et de créer des postes pour assurer un service public d’éducation de qualité, non marchand, ouvert à tous et en mesure de combattre l’échec scolaire.

Nous avons décidé la création d’une coordination nationale des précaires de l’Education (CNPE), représentant les précaires de tous les secteurs de l’Education
nationale, primaire, secondaire et supérieur, enseignants ou non, personnels vie scolaire, IATOS, n’ayant pas le droit de vote aux élections professionnelles ...

Les objectifs de la coordination sont

- d’exposer au niveau national devant l’opinion, le gouvernement, les représentants syndicaux et politiques le scandale de l’emploi massif de précaires par l’Etat selon les conditions qui ont valu au CPE d’être rejeté ;

- de mettre en débat les réponses qu’elle propose pour sortir de cette situation scandaleuse :

Réemploi de tous dans des conditions acceptables (par exemple, dans le secondaire, comme Maîtres Auxiliaires Garantis d’Emploi)

Abolition de la vacation, système scandaleux et illégal

Titularisation de tous, ce qui s’est déjà fait régulièrement pour des centaines de milliers de personnes (par des lois de titularisation)

Remplacement des départs à la retraite et création de tous les postes nécessaires pour une école vraiment égalitaire qui permette à chacun de s’épanouir

Arrêt du recours à l’emploi précaire

- de se donner les moyens d’action, en concertation avec les syndicats, pour gagner sur ces revendications.

Contacts :
iungemach@free.fr Téléphone : 06 19 81 12 00
collectifprecaires33@yahoo.fr Téléphone : 06 73 73 16 63
nontitu@abri.org Téléphone : 05 34 25 75 67


Agenda

<<

2020

 

<<

Août

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456

Brèves

24 avril - La colère des quartiers populaires est légitime

Tribune unitaire parue dans le Bondy Blog, Médiapart et Regards
Ces derniers jours, l’accident (...)

15 février - Communication contre la réforme des retraites au marché de Villefranche sur saône le 15 février 2010

Communiqué de presse du collectif enseignant·e·s et gilets jaunes du Beaujolais et du (...)

4 février - Motion de la coordination nationale des facs et labos en lutte réunie les 1er et 2 février 2020 à Saint-Denis

La coordination nationale des facs et labos en lutte réunie les 1er et 2 février 2020 à Saint- (...)

11 janvier - Apéro repas de soutien pour la caisse de grève de vaulx-en-Velin

Ce samedi 11 janvier à l’Amicale du Futur à partir de 18h30. Les affiches et flyers en pj. Le lien (...)

10 janvier - Communiqué de presse du 10 janvier 2020 du collectif Beaujolais-Val de Saone Blocage du dépôt de car Transdev à Villefranche sur Saône.

Ce vendredi matin 10 Janvier à 5h15 un groupe d’environ 20 personnes s’est réuni au dépôt Transdev (...)