Un logement pour tou-te-s ! Réquisitionnons les logements vides ! Pour en finir avec la spéculation...

Manif 11 octobre 14 h Rectorat de Lyon
dimanche 9 octobre 2005

- Réquisition des logements vides !
- Baisse immédiate et générale des loyers, dans les Cités-U et - ailleurs !
- Plan de construction de logements de qualité à loyers modérés !
- Interdiction des expulsions locatives !
- Un relogement décent pour tous les expulsés !

RASSEMBLEMENT MARDI 11 OCTOBRE,
à 14 Heures, devant le rectorat, 92 rue de Marseille
à l’appel de l’UNEF et de la FSE.
Un appel que SUD éduc’ aurait signé les yeux fermés,
si on nous avait demandé notre avis !

Les conditions de vie générales se dégradent, la politique du gouvernement y participe. Le logement redevient la préoccupation centrale de milliers de familles, sous-payées, endettées, et qui peinent bien souvent à payer le loyer de leurs habitations.

Les étudiants, loin d’être épargnés par celà, sont au contraire un terreau privilégié d’expansion de la précarité sociale. Les loyers sont devenus exorbitants, au point qu’il n’est plus possible, pour ceux qui n’ont pas d’aides parentales, de trouver un logement décent.

Les CROUS, qui ne disposent pas de moyens suffisants pour y répondre, ont donc à faire face à une augmentation considérable des demandes. 26000 étudiant-e-s, 7000 de plus que l’année dernière, ont ainsi déposé une demande au CROUS de Lyon/Saint-Etienne, tandis que son parc se résume à moins de 10000 logements. Et ces chambres, dont la superficie ne dépasse pas celle d’une cellule de prison, ont un prix exorbitant si on le met en rapport avec la qualité.

Alors il faut se tourner vers les agences immobilières qui, pour certaines, n’hésitent pas à faire payer trés chers des listes de logements fictifs, en faisant miroiter des offres frauduleuses. Tant est si bien qu’en ce mois d’octobre, l’UNEF a déjà répertorié plus de 150 étudiants sans logement, qui pour certains vivent à la rue, et le chiffre réel est bien évidemment bien plus gros.

La mal-nommée « crise du logement » n’est en fait qu’une crise de l’accès au logement, car des milliers de logements vides existent, et sont prêts à être occupés, comme existe l’argent qui permettrait d’en construire d’autres, à loyer modéré mais de qualité.

Si ces mesures d’urgence, vitales, ne sont pas prises, c’est que le pouvoir politique est lié aux spéculateurs qui profitent de la hausse des prix, sans égard pour la misère qu’ils provoquent. Sarkozy expulse et jette à la rue les familles les plus mal logées, tandis que de Villepin annonce une réduction d’impôt pour les plus riches et une baisse de l’impôt sur la fortune. Auxiliaire de la propriété privée, la police fait régner, par la violence, la loi des spéculateurs... il faut unifier les luttes !

Pour relever la tête, il faut multiplier les réquisitions directes de logements vides, et protéger les maisons d’ores et déjà occupées contre les expulsions.

Multiplions, dans nos quartiers, les mobilisations comme celle qui a lieu en ce moment à la Croix-rousse, en défense de deux familles de Roms de Roumanie, que le clergé, propriétaire, veut expulser de leur maison pour renflouer ses caisses. Ou encore, les rassemblements de locataires qui, comme à Vaux-en-Velin, protestent contre les destructions d’immeubles. On peut aussi évoquer les grèves des loyers, qui ont parfois lieu à une échelle limitée, et qu’il conviendrait de généraliser.

En ce qui concerne les étudiants, l’UNEF (Union nationale des étudiants de France) et la FSE (Fédération Syndicale Étudiante), appellent à un rassemblement ce mardi 11. Il est nécessaire d’y être le plus nombreux possible, mais surtout de ne pas se faire trop d’illusions. Si elle est un premier pas, cette action symbolique ne suffira pas à obtenir satisfaction.

Seul un mouvement d’ampleur, ne reculant pas devant la réappropriation collective et directe des biens fonciers, un mouvement décidé qui serait lié aux autres revendications des étudiants, des salariés, des sans-emplois, pourra faire reculer le gouvernement et imposer des mesures d’urgence, sur la question du logement comme sur les autres ; et en premier lieu la réquisition des logements vides, la hausse générale des salaires et des bourses, le retrait des réformes réactionnaires votées récemment.

Collectif pour la mobilisation générale - cmg-lyon(arobase)no-log.org


Brèves

16 mai 2011 - AG contre la précarité — jeudi 19 mai à l’ENS

Pour information, une assemblée générale sur la précarité et les pressions au travail aura lieu à (...)

19 avril 2011 - Expulsion des grévistes de l’ENS d’Ulm ce matin

Les militant-e-s SUD Éducation de l’ENS de Lyon apportent tout leur
soutien aux précaires et (...)

24 mars 2009 - Mais que font les syndicats ???

Tu trouves que les centrales syndicales ne jouent pas le rôle qu’elles devraient avoir dans les (...)

5 janvier 2009 - Appel à la résistance dans le premier degré

Article sur le site de la fédération à consulter
clic

9 février 2008 - Commission pédagogie à Sud rhône

Lundi 12/02 à 18H30 au local de Sud Educ Rhône/Solidaires 10, rue du Gazomètre, 69003 Lyon Ordre (...)