2ème semaine de grève au collège Henri Barbusse de Vaulx-en-Velin

Sud Education relaie les communiqués de presse des personnels et soutient leur action. La com’ ministérielle sur l’inclusion est une foutaise : allophones, handicap, grande difficulté scolaire, des demi-élèves pour le Rectorat !
lundi 9 septembre 2019

Le rapport de force continue entre le l’Inspection d’Académie et les collègues du collège H. Barbusse de Vaulx-en-Velin pour des conditions décentes de travail pour les élèves d’éducation prioritaire. Une délégation est montée ce jour à Paris au ministère pour se faire entendre.

Participez à la caisse de soutien aux grévistes !

Mise à jour 9/9/2019 Revue de presse :

- BFM TV : À cause d’une grève du personnel, le collège Henri Barbusse de Vaulx-en-Velin n’a pas encore fait sa rentrée

- Libération : « On nous parle d’inclusion et là, ils disent ouvertement que ces élèves-là ne comptent pas ? »
- BFMTV : Le recteur Olivier Dugrip rencontre demain les profs de H.Barbusse, en grève depuis la rentrée


- BFMTV : Vaulx-en-Velin : deuxième semaine de grève au collège Henri Barbusse
- 20 Minutes : Vaulx-en-Velin : La grève se poursuit au collège Barbusse, toujours pas de rentrée ce lundi
- Radio Scoop : VAULX-EN-VELIN : LES GRÉVISTES DU COLLÈGE HENRI BARBUSSE À PARIS CE LUNDI
- LyonMag :La grève continue au collège Henri Barbusse de Vaulx-en-Velin !
- Lyon Capitale : Près de Lyon : nouvelle semaine de grève au collège Henri-Barbusse à Vaulx
- BFM : Vaulx-en-Velin : les professeurs du collège Henri Barbusse en grève, pas de rentrée pour les élèves
- France 3 : Rentrée des classes dans la Métropole de Lyon : des enseignants en grève au collège Barbusse de Vaulx-en-Velin
- Le Progrès : Vaulx-en-Velin : les professeurs poursuivent leur grève au collège Barbusse
- Rebellyon : 3e jour de grève au collège Barbusse


Communiqué de soutien de l’intersyndicale FO/CGT/SUD/CNT en soutien aux personnels en grève et mobilisés

PDF - 328.3 ko
Communiqué de soutien de l’intersyndicale FO/CGT/SUD/CNT en soutien aux personnels en grève et mobilisés

Communiqués de presse des enseignante·s du collège Henri Barbusse

Vaulx-en-Velin le 6 septembre 2019

Les personnels du collège Barbusse commenceront leur 2ème semaine de
grève lundi 9 septembre

Comment désintégrer des élèves ?

M. le Recteur propose de supprimer les seuils !

Les personnels en appellent au Ministre et se rendront à Paris lundi

Les personnels du collège Henri Barbusse ont voté, suite à l’audience
avec M. le Recteur de ce jour, la grève pour la semaine prochaine. Les
personnels ont fait partir ce jour une demande d’audience à M. le
Ministre, et une délégation se rendra lundi à Paris au ministère de
l’Education Nationale. Les personnels sont en colère, car M. le Recteur,
M. le Secrétaire Général du Rectorat et M. le directeur de cabinet de M.
le Recteur ont pu commencer l’entretien en reconnaissant que chaque
élève présent en classe doit être comptabilisé. Cela confirme ce que les
personnels disent depuis maintenant une semaine, cela est plus en accord
avec les discours volontaristes que M. le Ministre tient sur
l’inclusion. Par contre, et malgré cette reconnaissance, M. le Recteur a
cherché à justifier l’injustifiable. En effet cinq classes de 6èmes
comptent 26 élèves, et une 27 élèves, alors que le seuil fixé par les
services académiques est de 25 élèves en classe de 6èmes. M. le Recteur
parle de « ne pas chipoter pour un élève », cela pourrait être audible,
mais les personnels parlent là de 7 élèves, alors que nous ne sommes
qu’à la première semaine de septembre, et une douzaine de familles se
sont déjà présentées pour inscrire leurs enfants. L’an passé, plus d’une
vingtaine d’élèves ont été inscrits au collège entre le mois de
septembre et d’octobre. M. le Recteur semble donc suggérer qu’il n’y a
plus de seuil au sein des établissements scolaires.

Les personnels sont également scandalisés par la position tenue par M.
le Recteur qui reconnaît que la question de prise en compte des Segpa et
des Upe2a dans les effectifs n’est pas claire au sein de l’académie, ils
sont comptabilisés dans certains établissements et pas dans d’autres.
Celui-ci annonce donc que ce sujet sera clarifié dans les mois à venir.
En attendant, les personnels demandent à ce que ces élèves à besoin
particulier soient au moins pour cette année comptabilisés dans les
effectifs. Les règles qui se sont appliquées jusqu’à maintenant doivent
continuer à l’être tant qu’aucune nouvelle règle claire n’est énoncée.
Il est intolérable de changer les règles du jeu en cours de partie.

Après avoir dénoncé l’absence d’équité entre les établissements
accueillant des élèves à besoin particulier (Segpa, élèves en
difficultés « graves et resistantes », Upe2a, élèves nouvellement
arrivés en France), les personnels tiennent à rappeler que dans
certaines académies les seuils sont fixés à 24 élèves par classe en
REP+. Ce seuil est issu des assises de l’éducation prioritaire, c’est
également le seuil qui est mis en avant par douze établissements REP+
sur 16 dans le département. De plus la question des seuils en éducation
prioritaire est un point fondamental dans la politique du gouvernement
actuel, comme le démontre la mise en place des CP et CE1 à 12, et la
volonté de les diminuer en grande section de maternelle. Les personnels
s’insurgent donc de la volonté affichée par M. le Recteur de Lyon de les
entasser en classe de 6èmes, classe pourtant charnière pour les élèves.
Le terme d’entasser est volontairement fort car, se voir entendre dire
qu’on pourrait aller jusqu’à 28 ou plus en classe de 6ème, est très dur
pour des enseignants soucieux de la réussite de leurs élèves..

Les personnels ont poursuivi tout au long de la journée leurs
explications auprès des parents d’élèves. Ceux-ci continuent d’apporter
leur soutien aux personnels mobilisés. Face aux réponses honteuses
apportées par M. le Recteur, les parents d’élèves ont confirmé à
plusieurs reprises que les demandes des enseignants ne sont pas
entendues car les élèves sont originaires de Vaulx-en-Velin, ville à la
population défavorisée.

Dans l’attente d’une réponse de M. le Ministre lundi, les personnels
poursuivent leur action afin que les élèves du collège aient toujours
les mêmes chances de réussite.


3e jour de grève au collège Barbusse

Silence du Rectorat !

Qui assumera le fait de ne comptabiliser les élèves à besoin particulier ?

Qui assumera la fin de l’éducation prioritaire ?

Les personnels du collège Henri Barbusse ont voté la grève pour le mercredi 4 septembre, 3e jour de grève. Les personnels s’indignent de l’absence de réponse de M. le Recteur à leur demande d’audience, ils se sont pourtant déplacés devant le rectorat mardi 3 septembre.

Dans le cadre de l’école de la confiance promise par le ministre, il est inconcevable que des personnels en grève depuis 3 jours ne soient pas reçus par le Recteur afin que des réponses sur l’écart entre les propos ministériels et la gestion des collèges par M. Charlot soient apportées. Dans son courrier du 15 novembre le rectorat, par l’intermédiaire de M. Dosch, directeur de cabinet du recteur, parlait de la nécessité d’un dialogue clair et constructif.

En effet, en tant que représentant de M. le Ministre, il est indispensable que M. le Recteur apporte des réponses sur la non prise en compte dans les effectifs d’élèves à besoin particulier. Cela engendre une inéquité entre les établissements, contraire aux principes sans cesse rappelés par l’institution.

En effet, on peut se demander pourquoi ces élèves ne sont pas comptés dans les effectifs de classe alors même que l’inclusion des élèves en situation de handicap est « l’un des points majeurs » de cette rentrée, selon le Ministre, qui évoque même un « changement de paradigme » pour l’inclusion des élèves en situation de handicap en cette rentrée 2019/2020. Il est bon de rappeler que le collège Barbusse essaie de suivre au mieux pour les élèves les orientations ministérielles, notamment celles d’octobre 2015 demandant une intégration plus fort des élèves de SEGPA. Il est aussi bon de rappeler que ces élèves à besoin particulier (UPE2A et Segpa) demandent une attention plus forte aux enseignants.

Le fait de ne pas compter les élèves de Segpa et d’Upe2A a pour conséquence concrète que l’ensemble des divisions de 6e accueille 26 élèves sur 14 heures de cours. Et ce nouveau mode de calcul, contraire aux engagements de l’an passé peut avoir pour conséquence que toutes les divisions de 6es soient à 28 élèves. Cela engendre donc une absence d’équité majeure avec un collège REP+ n’ayant ni Segpa, ni UPE2A où les effectifs seraient bloqués à 25. Et comment ne pas s’indigner sur la différence quasi inexistante avec un collège hors REP, ne disposant ni de Segpa ni d’Upe2a, dont le seuil en classe de 6e est de 29 ?

Dans l’attente de réponse de M. le Recteur, les personnels ont commencé à prendre contact avec différentes associations qui s’occupent des élèves accueillis dans le dispositif Upe2a et de leur famille, tout comme diverses associations choquées par l’absence de prise en compte des élèves de Segpa.


Communiqué du 2/9/2019

L’IA persiste à ne pas vouloir compter des élèves à besoin particulier dans les effectifs !

Pour l’IA ses élèves ne comptent pas. Pour nous ils comptent, et nous voulons le meilleur pour eux !

Les personnels du collège seront en grève mardi 3 septembre, ils n’assureront pas la rentrée des élèves de 4èmes et 3èmes. Les personnels en appellent à M. le Recteur, ils organiseront un rassemblement devant le rectorat à 12h mardi 3 septembre. Les personnels souhaitent que le Recteur, représentant du ministre confirme que des élèves ne sont pas comptabilisés dans les effectifs, et attendent de savoir comment on peut donc les accueillir en classe.

En effet une délégation a été reçue par M. Charlot (inspecteur d’académie) et par 2 IA adjointes. M. Charlot est revenu sur ses engagement de seuil de classe qui étaient de 25 en 6ème, et de 26 en 5ème-4ème et 3ème. Il a réussi ce tour de passe-passe en ne comptabilisant pas dans les effectifs les élèves d’UPE2A (élèves nouvellement arrivés en France, et maîtrisant mal ou pas le français) et de Segpa (élèves présentant des difficultés scolaires graves et persistantes auxquelles n’ont pu remédier les actions de prévention, d’aide et de soutien), celui-ci s’est drapé de son respect de la loi en bon prince il compte maintenant les Ulis (élèves en situation de handicap). En cela M. Charlot renie sa parole du mois de novembre de l’an passé où il affirmait que ces seuils étaient impératifs et qu’il ne les dépasserait jamais. Cela engendre que sur les divisions de 6èmes, les élèves seront sur 14 heures (plus de la moitié) à 26 élèves. M. Charlot veut jouer sur la division entre les matières, les personnels rappellent qu’aucune matière n’est moins importante, et quelque soit la matière les élèves, qu’il ne veut pas comptabiliser, sont des élèves demandant davantage d’attention.

D’incohérences en incohérences, les personnels ont appris ce jour que le fait de respecter les textes, notamment la circulaire d’octobre 2015 qui insiste sur l’intérêt d’inclure aussi souvent que possible les élèves de SEGPA dans les autres classes de collège, en particulier en 6èmes est préjudiciable pour l’ensemble des élèves qui seront donc 26 élèves par classe. Le nouveau chef d’établissement arrivant parle d’inclusion à son paroxysme dans ce collège. Les différentes hiérarchies encouragent les personnels à s’asseoir sur les textes qui veulent favoriser l’inclusion.

A leurs questions pratiques, aucune réponse :
Comment accueillir 26 élèves en classes de sciences ? Pas de réponse
Comment prendre en charge 3 classes de 26 élèves dans des bus de 75 places ? Pas de réponse
Comment faire travailler 26 élèves sur 12 ordinateurs ? Pas de réponse
Comment mener pédagogique innovante en ilot à 26 élèves ? Pas de réponse
Comment prendre en charge enfants ne parlant pas français à 26 élèves ? Pas de réponse

La mauvaise foi des services académiques ne s’arrête pas là, ils disent et regrettent d’avoir mal compris la promesse de Mme la Rectrice d’un groupe de travail sur tous les établissement vaudais. On est bien loin d’un dialogue constructif et clair. Bien loin de l’école de la confiance. Outre le fait de ne pas vouloir trouver des solutions aus problèmes de sureffectifs, M. l’IA par son mode de calcul peut encore affecter des élèves en 6èmes pour atteindre 27 ou 28. La différence avec un collège de centre-ville où le seuil en 6ème est à 29 est bien minime (d’autant que nombre de ces collèges n’auront pas ses problèmes car il n’y a ni Segpa, ni UPE2A). L’idée de départ des zones d’éducation prioritaire de donner plus à ceux qui ont le moins est bien loin ; pourtant le collège est en REP+ (réseau d’éducation prioritaire renforcée !).
Face à une telle situation les personnels sollicitent en urgence une audience auprès de M. le Recteur afin de dénouer cette situation ubuesque et faire la rentrée au pus vite auprès de leurs élèves


Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301

Brèves

15 octobre - Enseignants en souffrance à l’école Courcelles

Communiqué de presse de l’école Courcelles, Vaulx-en-Velin, du 11/10/2019 Depuis maintenant (...)

14 octobre - grève UPE2A au Collège Jean Moulin, Villefrance s/Saone

Après s’être bagarré.e.s pour faire reconnaître leurs responsabilités auprès de leurs classes, les (...)

29 septembre - Agenda de la semaine du collectif Jamais Sans Toit

🗣 mer 2/10 école A. France, Villeurbanne vente de gâteaux solidaire de 08h20 à 11h50
🗣 mer 2/10 (...)

10 septembre - Année blanche au collège Utrillo

Communiqué de presse du collège Utrillo à Limas : "Face aux dégradations de nos conditions de (...)

8 septembre - Année blanche au collège Utrillo

Face aux dégradations de nos conditions de travail liées à la loi « Blanquer » (suppression de 2600 (...)