Nous n’avons pas peur !

Pour le 28 mars et au-delà, le mouvement social s’organise
lundi 27 mars 2006

Mardi 28 mars, nous serons en grève. Nous irons manifester. Avec nos collègues, nos amis, nos voisins, nos parents, nos enfants, nous serons dans la rue. Salariés de tous les métiers, précaires, privés d’emploi, étudiants, lycéens, retraités, femmes et hommes de différents horizons, déterminés à lutter toutes et tous ensemble.

Nous ne sommes pas dupes de cette stratégie des puissants qui n’ont que le mot « dialogue » à la bouche, pour éviter d’avoir à dialoguer vraiment. Ils parlent de démocratie, mais ne connaissent, hélas, que le rapport de force.

Nous savons bien que le pouvoir tente de nous faire peur. Il instrumentalise la violence d’une minuscule minorité. Nous savons que les « casseurs », consciemment ou pas, sont manipulés par la police. Nous savons que beaucoup de journalistes sont payés, consciemment ou pas, pour démultiplier la peur et pousser chacun à se terrer au fond de son lit.

Lorsque le pouvoir fait charger des policiers équipés comme des guerriers, contre des enfants pacifiques, c’est le pouvoir qui est faible et qui a peur. Nous sommes forts et nous avons confiance. Vous voulez nous diviser, nous n’en serons que plus solidaires.

L’un d’entre-nous ne sera pas là mardi. Cyril, un manifestant parmi des centaines de milliers d’autres, a été bousculé, battu et piétiné par des agents de la force publique qui l’ont ensuite laissé sans soins. Il est dans un coma profond. Cyril n’est malheureusement pas la seule victime de cette violence policière qui est bien pire que la violence des « casseurs » et des « émeutiers » de novembre. Nous sommes solidaires de toutes les victimes. C’est aussi pour Cyril que nous serons dans la rue, plus déterminés encore à ne pas céder, à inventer de nouvelles résistances.

Nous luttons contre la précarisation généralisée de nos vies. Nous ne défendons pas le système tel qu’il est, ou tel qu’il a pu être. Nous voulons de vraies réformes sociales. Nous savons que notre pays n’a jamais été aussi riche. Nous pouvons financer à chaque personne vivant dans ce pays une véritable protection sociale et un revenu décent. Dans une démocratie riche, chaque adulte doit pouvoir travailler, chaque jeune doit pouvoir se former.

Au-delà du CPE, prenons nos affaires en main, ici et maintenant, sans attendre grand chose de ceux qui profitent depuis des années d’un système à bout de souffle, ni de ceux qui promettent monts et merveilles pour l’année prochaine ou le siècle prochain.

Messieurs Sarkozy et Villepin se livrent actuellement une guerre de pouvoir dont nous sommes les victimes. Au nom de cette guerre personnelle, ils hypothèquent notre avenir collectif. Qu’ils aillent s’empoigner sur un ring, si c’est leur plaisir, et qu’ils nous laissent en paix, nous qui avons de la politique une vision plus digne et plus haute.

Ils veulent nous essouffler, nous diviser, nous terroriser, nous culpabiliser, nous salir, nous briser. Nous ne nous laisserons pas faire. Mardi 28 mars, nous serons en grève ; mercredi 29, et tant qu’il le faudra, nous continuerons la lutte.


Agenda

<<

2020

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123

Brèves

16 mai 2011 - AG contre la précarité — jeudi 19 mai à l’ENS

Pour information, une assemblée générale sur la précarité et les pressions au travail aura lieu à (...)

19 avril 2011 - Expulsion des grévistes de l’ENS d’Ulm ce matin

Les militant-e-s SUD Éducation de l’ENS de Lyon apportent tout leur
soutien aux précaires et aux (...)

24 mars 2009 - Mais que font les syndicats ???

Tu trouves que les centrales syndicales ne jouent pas le rôle qu’elles devraient avoir dans les (...)

5 janvier 2009 - Appel à la résistance dans le premier degré

Article sur le site de la fédération à consulter
clic

9 février 2008 - Commission pédagogie à Sud rhône

Lundi 12/02 à 18H30 au local de Sud Educ Rhône/Solidaires 10, rue du Gazomètre, 69003 Lyon Ordre (...)