La répression anti-syndicale au quotidien dans le privé

dimanche 19 octobre 2003

Etre militant syndicaliste dans le secteur privé se traduit souvent par des mesures de rétorsion. La loi interdit toute discrimination anti-syndicale, mais le patronat détourne cette législation par tout un arsenal d’artifices qui rendent la vie difficile à ceux qui se montrent trop combatifs et pas assez coopératifs.

C’ est ce qui est arrivé à notre camarade Ludovic LEVY, militant à SUD et élu du personnel à la Sonacotra.

D’ abord son salaire et ses primes sont bloqués depuis plusieurs années, au point de devenir le salarié le plus mal payé de l’entreprise. Ensuite, ses conditions de travail se sont sensiblement détériorées, car les responsables de cette société s’organisent pour lui retirer tous les moyens matériels lui permettant d’effectuer correctement son métier.
Enfin, la direction lui adresse une succession de courriers pour l’accabler de reproches, lui signifier des avertissements, et l’informer d’une mise à pied de dix jours.

En septembre, Ludovic saisit alors le Conseil des Prud’Hommes.

Sans aucun scrupule, le représentant de la Sonacotra est venu expliquer qu’il n’y avait aucune discrimination anti-syndicale, mais une réponse à quelqu’un qui pose de véritables problèmes. Il s’agirait donc surtout d’une démarche personnalisée pour permettre à un salarié de se ressaisir par rapport à « ses insuffisances professionnelles ».
Au harcèlement s’ajoute donc une culpabilisation du travailleur.

D’une certaine manière, la direction de cette société désyndicalise les problèmes pour les personnaliser à outrance. Ainsi, il n’y a plus de luttes sociales, il n’y a
qu’une somme d’individus dont certains ont un mauvais état d’esprit.
Ce discours n’a rien d’innovant, il s’inspire directement des méthodes américaines de « management » qui visent à intégrer le travailleur dans l’Esprit de la Maison. Ceux qui ne marchent pas dans ce système sont invités à démissionner ou sont licenciés.

Il est tout de même important de constater que ce qui fait recette dans le privé pour broyer les militants, s’installe progressivement dans la Fonction Publique, notamment dans l’Education Nationale. Cela a commencé avec l’autonomisation des établissements, le renforcement des pouvoirs du personnel de direction, et s’étendra demain avec la décentralisation régionale.


Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301

Brèves

16 mai 2011 - AG contre la précarité — jeudi 19 mai à l’ENS

Pour information, une assemblée générale sur la précarité et les pressions au travail aura lieu à (...)

19 avril 2011 - Expulsion des grévistes de l’ENS d’Ulm ce matin

Les militant-e-s SUD Éducation de l’ENS de Lyon apportent tout leur
soutien aux précaires et aux (...)

24 mars 2009 - Mais que font les syndicats ???

Tu trouves que les centrales syndicales ne jouent pas le rôle qu’elles devraient avoir dans les (...)

5 janvier 2009 - Appel à la résistance dans le premier degré

Article sur le site de la fédération à consulter
clic

9 février 2008 - Commission pédagogie à Sud rhône

Lundi 12/02 à 18H30 au local de Sud Educ Rhône/Solidaires 10, rue du Gazomètre, 69003 Lyon Ordre (...)