Directive européenne sur le temps de travail

La commission européenne veut la semaine de 65 heures !
jeudi 12 mai 2005

Un communiqué de notre union syndicale solidaires (à télécharger dans le fichier joint).

Le projet de directive sur la durée maximale de travail en Europe proposée par la Commission aboutit, de fait, à porter la durée maximale de travail en Europe à 65 heures par semaine. En effet, par la close dite opt out, la durée maximale de travail de 48 heures, pourrait être portée, en l’absence d’accord collectif, à 65 heures. Cette absence d’accord collectif risque de devenir la règle, non
seulement parce que dans un certain nombre de pays européens, les accords collectifs sont rares, mais aussi parce que dans les PME/PMI, qui forment un partie importante du tissu industriel, notamment en France, l’absence de présence syndicale renvoie le salarié à un
rapport individuel avec l’entreprise. De plus, le projet de directive de la Commission n’empêche pas, même en cas d’accord collectif, que la durée du travail dépasse les 48 heures par semaine. La probabilité est donc grande que la durée 65 heures par semaine s’impose, de fait, comme la nouvelle norme de travail en Europe, si une telle directive était adoptée.

Non contente de promouvoir ces dispositions, la Commission propose de modifier la définition de temps de garde sur le lieu de travail, considérée aujourd’hui comme du temps de travail, et d’annualiser la durée de travail maximale. Les 48 heures par semaine seraient calculées sur la base de douze mois au lieu de quatre actuellement, ce qui aurait pour conséquence d’aggraver encore la flexibilité du
travail au détriment des conditions de vie des salariés.

Le rapporteur de ce projet de directive devant le Parlement européen propose, avec l’accord des conservateurs du PPE et des sociaux-démocrates du PSE, de supprimer, d’ici trois ans, la close opt out, de ne pas modifier la définition actuelle du temps de garde, mais d’accepter l’annualisation de la durée maximale de travail. Ces propositions sont, pour le moment, refusées par la Commission et par un certain nombre de gouvernements. Cette volonté de ne pas reprendre les aspects les plus régressifs de la proposition de la Commission n’est sans doute pas étrangère avec la possibilité d’une victoire duNON en France. A quelques semaines du référendum, il s’agit pour les parlementaires européens d’essayer de rassurer les salariés qui refusent massivement la logique néolibérale de la construction
européenne actuelle.

Pour l’Union syndicale Solidaires, au-delà de ce débat au Parlement européen, il s’agit de construire des mobilisations sociales à l’échelle européenne pour imposer une véritable harmonisation sociale par le haut en Europe. Or le projet de traité constitutionnel européen renvoie la réalisation des objectifs de la politique sociale "au fonctionnement du marché intérieur" (art III-209) et indique que d’éventuels futurs actes législatifs de l’Union ne pourront se faire qu’ "à l’exclusion de toute harmonisation des dispositions législatives et réglementaires des Etats membres" (art. III-210). Il
n’envisage que la possibilité de "dispositions minimales" en matière sociale et encore à l’exclusion d’un certain nombre de domaines comme les rémunérations, le droit de grève, la lutte contre l’exclusion sociale, le droit d’associationS (art. III-210). C’est pourquoi l’Union syndicale Solidaires s’est prononcée contre ce traité
constitutionnel.


Documents joints

PDF - 30.7 ko

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345

Brèves

16 mai 2011 - AG contre la précarité — jeudi 19 mai à l’ENS

Pour information, une assemblée générale sur la précarité et les pressions au travail aura lieu à (...)

19 avril 2011 - Expulsion des grévistes de l’ENS d’Ulm ce matin

Les militant-e-s SUD Éducation de l’ENS de Lyon apportent tout leur
soutien aux précaires et aux (...)

24 mars 2009 - Mais que font les syndicats ???

Tu trouves que les centrales syndicales ne jouent pas le rôle qu’elles devraient avoir dans les (...)

5 janvier 2009 - Appel à la résistance dans le premier degré

Article sur le site de la fédération à consulter
clic

9 février 2008 - Commission pédagogie à Sud rhône

Lundi 12/02 à 18H30 au local de Sud Educ Rhône/Solidaires 10, rue du Gazomètre, 69003 Lyon Ordre (...)