4ème jour de Grève au collège des Gratte-Ciel Môrice Leroux de Villeurbanne.

Après une nuit d’occupation, la grève est repartie de plus belle.
vendredi 10 mars 2017

« Classes surchargées + poste supprimés = enseignements sacrifiés ».

Pour ce quatrième jour de grève, la mobilisation s’amplifie encore. Toute la vie scolaire est de nouveau en grève, elle ne faiblit pas chez les enseignant-es qui sont désormais rejoints par des personnels administratifs. L’administration a encore fait le choix de ne pas fermer le collège, au mépris des élémentaires conditions de sécurité. Après une nuit d’occupation, notre détermination n’est en rien entamée, bien au contraire !

Au cours de la journée de jeudi, nous avons reçu de nombreux soutiens, surtout lors de la chaleureuse soirée d’occupation où un grand nombre de parents et d’élèves, d’habitant-es, de collègues, de militant-es… sont passés. Nous avons aussi accueilli une délégation de collègues du collège Gabriel Rosset de Lyon qui se battent pour obtenir les moyens suffisants au niveau de la vie scolaire pour que leur établissement fonctionne. Nous leur témoignons de notre solidarité et remercions vivement celles et ceux qui nous ont apporté ce précieux soutien. La caisse de grève quant à elle s’est bien remplie.

Une délégation sera bien reçue aujourd’hui 17h00 par M. l’Inspecteur d’Académie DASEN du Rhône. Nous appelons, avec les parents d’élèves, à un rassemblement devant l’Inspection Académique à partir de 16h30. La lutte continue !

Les personnels exigent :

- la création d’une division supplémentaire en 6e, 4e et 3e,

- l’égalité de traitement entre le collège général et les classes de SEGPA, qui ne bénéficient pas de tous les moyens liés à la réforme du collège,

- le respect des élèves d’UPE2A (primo arrivants) dont les conditions d’étude se dégradent.

Les personnels grévistes du collège

Face à la baisse des moyens : 3 classes et 3 postes supprimés, les personnels enseignants et de vie scolaire du collège étaient massivement en grève jeudi 16 février et mardi 7 mars.

Le collège est un établissement classé « Prévention violence », 37e à l’enquête sociale du Rhône, accueillant une SEGPA, une UPE2A (primo arrivants qui doivent être intégrés en classe), une section de l’ITEP,…

En l’état, nous aurions des classes surchargées particulièrement en 4e : 29,2 élèves en moyenne et surtout en 3e : 29,8 ! Deux élèves seulement suffiraient pour créer une classe supplémentaire de 3e , classe d’examen essentielle pour l’orientation. Avec presque toutes les classes de 4e et surtout de 3e à 30 élèves, rendons-nous à l’évidence, il est impossible d’enseigner correctement et plus encore d’accueillir décemment les élèves à besoins particuliers (24 élèves rien qu’en 3è pour l’année prochaine et 80 pour l’ensemble des classes du collège cette année sur un total de 662 élèves).

Nous avons enfin appris mardi 7 mars l’arrivée de trois nouveaux élèves en UPE2A. La classe est donc portée à 21 élèves, ce qui conduit à une détérioration de leurs conditions d’étude et à l’intégration à marche forcée pour d’autres élèves, quel que soit leur niveau de maîtrise de la langue, dans le seul but de respecter artificiellement les seuils.


Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123

Brèves

15 octobre - Enseignants en souffrance à l’école Courcelles

Communiqué de presse de l’école Courcelles, Vaulx-en-Velin, du 11/10/2019 Depuis maintenant (...)

14 octobre - grève UPE2A au Collège Jean Moulin, Villefrance s/Saone

Après s’être bagarré.e.s pour faire reconnaître leurs responsabilités auprès de leurs classes, les (...)

29 septembre - Agenda de la semaine du collectif Jamais Sans Toit

🗣 mer 2/10 école A. France, Villeurbanne vente de gâteaux solidaire de 08h20 à 11h50
🗣 mer 2/10 (...)

10 septembre - Année blanche au collège Utrillo

Communiqué de presse du collège Utrillo à Limas : "Face aux dégradations de nos conditions de (...)

8 septembre - Année blanche au collège Utrillo

Face aux dégradations de nos conditions de travail liées à la loi « Blanquer » (suppression de 2600 (...)