Compte rendu de l’entrevue au Rectorat du 17 mai 2005

Audience sur les vacataires
mercredi 31 août 2005

Cette entrevue avait été demandée par l’intersyndicale précarité : Sgen -CFDT, CGT éduc, SUD éduc, CNT et PAS

L’intersyndicale a été reçue par Mme Bruschini, secrétaire générale, Mme Goeau, adjointe, directrice des ressources humaines et Mme Hemart, chef de bureau de la DIPE 5 ( division des personnels non titulaires).
Compte rendu établi par le SGEN.

Nous avons une nouvelle fois vigoureusement protesté contre l’utilisation du statut de vacataire pour assurer les remplacements.

Depuis la rentrée 2004, 466 vacataires, correspondant à 72 ETP (équivalent temps plein) ont été embauchés puis ont été, à la fin des 200 h « jetés » ou vont bientôt l’être. C’est plus que pendant l’année 2003 - 2004. Et pour l’année à venir, le Rectorat a décidé de continuer à recourir aux vacataires.

A nos arguments contre ce statut indigne pour les personnels et pour le service public, le Rectorat oppose les contraintes budgétaires.

Les contractuels

Durant l’année écoulée 576 contractuels ont aussi été embauchés, la plupart depuis septembre. Pour l’année à venir : embauche de contractuels dès la rentrée (affectation en juillet et fin août) surtout dans les lycées professionnels dans des disciplines professionnelles. Les contrats seront de 12 mois. Ceux embauchés après la rentrée auront des contrats limités à la période de remplacement.

Conséquences sur les remplacements de la loi Fillon qui impose les remplacements de courte durée par les professeurs de l’établissement : le Rectorat ne peut pas pour l’instant donner de prévisions.

Formation des non titulaires et préparation aux concours

- le PAF (plan d’action de formation) n’est accessible aux précaires en poste ou touchant le chômage que s’il y a de la place

- nous avons demandé au Rectorat qu’il prenne en charge les inscriptions au CNED pour la préparation des concours.

Versements des indemnités chômage aux personnels non réembauchés à la rentrée.

Les délais de versements avaient été très longs après la mise au chômage de la rentrée 2004, ce qui nous avait amené à intervenir au Rectorat (en novembre 04)
Un allègement de la procédure a été prévue (entre le Rectorat et la Trésorerie générale), ce qui devrait faire « gagner » 3 semaines.

Nous avons demandé que les modalités de la demande d’indemnisation soient communiquées aux précaires non réembauchés avec leur dernière ou avant dernière feuille de paie.

Assistants d’éducation

Le Rectorat enregistre les candidatures, mais c’est le chef d’établissement qui recrute.

Nous avons souligné la charge de travail (1607 heures - 100 h de formation) pour un SMIC qui rendait difficile la poursuite d’étude, contrairement aux conditions dont bénéficient encore les anciens MI-SE.

Pour finir, on nous a annoncé l’embauche d’assistants pédagogiques, assistants d’éducation ayant une mission particulière : aider des élèves de lycées généraux ou LP. Le recrutement par les chefs d’établissements se fera prioritairement parmi les étudiants bousiers, titulaires d’un DEUG, et se destinant aux métiers de l’enseignement.
Un dispositif qui aidera les élèves en difficulté et qui donnera du travail à de futurs enseignants est une bonne nouvelle, mais seulement 63 assistants d’éducation à mi-temps seront embauchés pour 18 établissements en France ! C’est assez dérisoire.


Agenda

<<

2017

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031